Archives pour la catégorie Les Grades et le Kamae

La garde et La Tenue et Les Grades

La garde : kamae – 構え

La garde et La Tenue et Les Grades dans La Tenue 180px-Ryote_dori

magnify-clip dans Les Grades et le Kamae

La pratiquant de droite vient d’attaquer par une saisie simultanée des deux poignets de face mae ryote dori.

La garde de base en aïkido est la position hanmi (san kaku 三角, littéralement « trois points », en triangle). Le pied avant est dans l’alignement de la jambe, le pied arrière ouvert avec un angle d’environ 50° par rapport à l’axe du pied avant. Le poids est réparti sur la plante des deux pieds, les talons très légers. Dans cette position les hanches se placent naturellement de trois quart.

Cette position est intermédiaire entre la garde iaidō (les pieds sont parallèles, les hanches complètement de face) et la garde de karaté, où les hanches sont profilées pour réduire la zone d’impact et permettre d’armer les coups de pied. L’objectif de cette garde est d’obtenir une bonne mobilité dans toutes les directions.

On rencontre également la position hitoemi (一重身). La position des jambes est similaire à hanmi, mais les pieds sont ouverts au maximum. Les hanches sont alors complètement de face. Cette position assure une plus grande stabilité, en particulier à la fin des mouvements. C’est toutefois une position peu naturelle et limitant la liberté de mouvement.

Il n’y a pas (excepté dans le style Yoshinkan ryû) de position particulière pour les mains en aïkido. Le but principal de cette « absence de garde » pour les mains est simple : cela évite de les mettre en avant, et donc de les exposer à une éventuelle arme caché de l’adversaire (comme un couteau dans la manche). On désigne ceci par l’expression shizen tai, « position naturelle ».

La tenue

La tenue de base est le keikogi (vêtement d’entraînement), appelé à tort « kimono ». Il s’agit du même qu’en judo. Il se compose d’une veste et d’un pantalon en coton blanc. La veste est fermée par une ceinture (obi). Lorsque le professeur estime que l’élève a acquis une technique satisfaisante il l’autorise à porter le hakama, une sorte de pantalon flottant noir ou bleu foncé. Cependant, selon les dojos et les écoles la période où le hakama est porté peut varier : le pratiquant est autorisé à le mettre dès le début, à partir du 3e, 2e ou 1er kyū… L’aïkido se pratique pieds nus sur le tatami (ou, à défaut de tatami, sur un tapis), mais l’étiquette enseigne qu’il faut s’y rendre avec des chaussures pour des raisons d’hygiène ; les pratiquants utilisent en général des nu-pieds appelés zōri. Les zōri doivent être disposées perpendiculairement au tatami, la pointe en direction de l’extérieur afin de pouvoir repartir rapidement.

Les grades

Le système des grades dan dans les Budō est développé au Japon par Jigorō Kanō dès le XIXe siècle afin de remplacer le système traditionnel de certificats d’aptitude permettant d’enseigner (soit en succédant au maître, soit en fondant sa propre école). Cela en créant des étapes intermédiaires, plus modernes et progressives, les grades kyū et dan. Les élèves d’Ueshiba d’avant-guerre n’ont pas eu de grades dan semble-t-il, mais des certificats dits menkyo kaiden.

Dans certaines écoles d’aïkido (car ce n’est pas systématique[19]), le débutant se voit attribuer le grade 6e kyū, puis progresse jusqu’au 1er kyū. Les passages de grade kyū se font au dojo (lieu de pratique) par le professeur lui-même. Puis, le pratiquant passe le 1er dan, le grade le plus élevé étant le 10e dan (accordé uniquement à titre posthume ou exceptionnellement pour des personnes de haut niveau).

Il n’existe en aïkido que deux couleurs de ceinture : blanc et noir. On porte la ceinture blanche du 6e au 1er kyū, puis la ceinture noire à partir du 1er dan. Certains dojo utilisent des ceintures de couleurs (blanc, jaune, orange, vert, bleu, marron, noir) différentes pour marquer le niveau, et ainsi donner des repères de progression aux jeunes pratiquants, parfois aussi aux adultes.

Le professeur autorise le port du hakama lorsqu’il juge que le pratiquant a atteint un niveau suffisant. Selon les dojos, cela se fait au 3e kyū (équivalent de la ceinture verte au judo) ou au 1er kyū (équivalent à la ceinture marron) ou avant. Toutefois, certaines écoles ne l’autorisent qu’à partir du 1er dan.

La ceinture noire n’est pas une marque de maîtrise, le 1er dan est un étudiant (shodan) qui a acquis les bases. Les usages peuvent toutefois varier d’une école à l’autre. Dans certains dojo, l’étude, qu’on appelle bukiwaza, des techniques avec armes (bokken, , etc.) est considérée comme indissociable de l’étude des techniques à mains nues (taijutsu). Une progression en parallèle dans ces deux domaines est obligatoire ; on ne peut, par exemple, prétendre passer le 3e kyū en taijutsu si l’on n’a pas atteint au minimum le 4e kyū en bukiwaza, et inversement, de sorte qu’il y a à tout moment au plus un kyū, ou un dan, de différence entre le niveau dans ces deux domaines de pratique.


A Propos

Vous parcourez actuellement les archives du blog Aîkido,Blog de Walid pour la catégorie Les Grades et le Kamae.

Les articles très longs sont tronqués. Cliquez sur le titre d'un article pour le lire en entier.

Archives


DEMONIAC CARPE |
Passion rugby, par Gauthier... |
tenues de patinage , danse ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bédarieux Hanball Club
| Arcachon 2010 : En route po...
| Catch extreme